5 erreurs post-flop qui vous coûtent cher

Découvrez comment éviter les erreurs postflop qui peuvent finir par vous coûter cher à l'aide de nos cinq conseils

S’il est vrai qu’une petite erreur pré-flop peut souvent conduire à des erreurs post-flop plus importantes et coûteuses, il est indéniable que le jeu post-flop, qui implique trois tours de mise, est bien plus complexe et piégeux à gérer que le jeu pré-flop. En gardant cela à l’esprit, voici cinq erreurs très couramment commises après le flop aux tables à faibles enjeux.

1.) Toujours faire une mise de continuation (continuation bet)

Ce n’est pas parce que vous avez relancé en premier pré-flop que vous êtes obligé de miser au flop. Non seulement, les joueurs vont commencer à se douter de quelque chose, mais en plus, un simple calcul mental prouve qu’il est impossible que vous ayez connecté avec le flop à chaque fois. Cependant, il est important de garder un équilibre lorsque vous checkez au flop. Vous devez checker si vous avez raté, si vous avez obtenu une bonne main, et également sur les tableaux effrayants lorsque vous n’avez absolument rien si ce n’est un tirage.

2.) Ne prendre l’initiative sur le relanceur pré-flop qu’avec des mains marginales

Si vous misez toujours en premier face au relanceur pré-flop avec des mains de poker marginales telles qu’une deuxième paire – admettons par exemple 8-7 sur un flop Q-7-3 – votre jeu sera très simple à déchiffrer. Prendre l’initiative sur le relanceur pré-flop est une bonne idée, mais assurez-vous d’avoir une main forte pour le faire tels qu’un brelan, un semi-bluff – un tirage couleur par exemple – pour représenter les mains qui auraient pu qu’avec vos mains marginales et vos bluffs.

3.) Suivre lors d’un tour et suivre au tour suivant même si une brique sort

Cette action est clairement une grosse erreur parce qu’elle donne l’impression que vous ne pouviez rien faire d’autre. Si vous avez suivi une relance au turn en pensant que vous aviez une bonne main mais qu’une brique est retournée à la river et que l’adversaire mise encore, la meilleure réaction est de ne pas suivre juste parce que vous avez suivi au turn et que la river n’a rien changé. Vous avez juste maintenant obtenu un tour de plus d’informations. Ne cliquez pas simplement sur call sans réfléchir.

4.) Ne pas avoir de plan

Le flop, le turn et la river ne sont pas des tours indépendants les uns et des autres, ils sont liés. Vous devez prévoir vos trois tours post-flop dès le flop. Vous pouvez simplement vous dire “J’ai une main très forte, j’ai envie de la rentabiliser sur les trois tours avant de miser l’intégralité de mes jetons sur la river. Combien dois-je miser au flop pour y parvenir ?” Ou bien avoir un raisonnement plus complexe tel que “Que dois-je faire si l’adversaire relance au flop ? Que dois-je faire si la couleur sort au turn ? Quelles cartes seraient avantageuses/neutres/désavantageuses pour moi au turn ?

5.) Changer la taille de votre mise en fonction de la force de votre main

Il est tout à fait possible de changer la taille de votre mise de base au flop, au turn ou à la river mais ce changement ne devrait que rarement se baser sur la force de votre main. Vous devriez davantage vous baser sur la texture des cartes communes. Par exemple, si vous possédez As-Roi et que le flop apporte Roi-7-2 de plusieurs couleurs, vous pouvez parier un plus petit montant que s’il apporte Roi-10-9 avec deux cœurs. Sur le premier tableau de cartes communes il n’y a pas de tirage, mais sur le deuxième tableau vous devez miser davantage pour faire payer cher les joueurs qui sont à tirage s’ils veulent continuer. De plus, sur le premier tableau, vous souhaitez que les mains marginales comme les petites paires ou les 7 faibles vous suivent, donc il faut miser de plus faibles montants pour y parvenir.

Author: Ian Fox